Un pion sur la planète

Ou extraits d'une vie singulière

26 octobre 2007

Une décénie

Dix ans déjà ! Je me souviens qu'il y a un an j'écrivais ici qu'un grand champion avait pris sa retraite, et je saluais cette carrière qui m'avait tenu en haleine.

villeneuvechampion1997uw7 1

Depuis, bien des choses se sont écoulées à ton sujet mais une chose n'a pas changé : je te suis toujours avec passion. Quand en plus tu viens participer à la plus grande course du monde, à deux pas d'ici, mon admiration ne peut que se poursuivre !

Juin 2007, tu as semblé bien t'éclater, comme tu l'as déclaré dans bon nombre d'interviews. Je ne suis qu'un anonyme de plus qui a chassé l'autographe et la photo lors du pesage, mais peu importe. A suivre sur la piste comme sur les écrans géants, on retrouvait ce caractère si particulier, l'envie et le talent dès qu'un volant se présente...

J'avoue qu'à évoquer, à relire ou revoir les exploits passés, à jeter un oeil aux photos, j'ai toujours ces yeux d'enfants comme au premier jour... Un dimanche matin où l'enfant de dix ans que j'étais avait découvert un nom, mais surtout une idole. Un an et demi plus tard, j'étais fou de joie devant la petite lucarne, après de nombreux tours de stress... Ta monture allait-elle tenir le choc après l'attaque folle et irresponsable du Baron Rouge ?

Il y eut ainsi cette consécration et ce titre mondial. La suite, tout le monde la connaît et beaucoup se sont attachés à la tâcher...

Voilà donc dix ans jour pour jour que tu es devenu le premier Québecois Champion du Monde,
Un jour que ton illustre père aurait aimé connaître, à défaut d'avoir pu lui aussi conquérir le graal,
Un père dont tu as souvent omis le souvenir, certainement par pudeur, avec la volonté de ne pas être uniquement le "fils de" ;

Aujourd'hui cela fait dix ans que tu es entré à jamais dans l'histoire de la F1, n'en déplaise à tes détracteurs.
De tes 11 victoires je n'en ai raté aucune,
De tes 165 courses j'en ai manqué très peu,
Je ne compte pas les dimanches où j'ai pu me ronger les ongles devant un départ, où l'attente du drapeau à damiers était parfois interminable,
Je ne compte pas les fois où j'en aurais voulu à la terre entière parceque je ne m'expliquais pas certaines désillusions...

J'ai toujours été fier de t'avoir comme idole et je ne m'en suis jamais caché. Beaucoup t'ont décrié, préférant n'avoir d'yeux que pour ton éternel rival. Mais il y a des gens qui savent ce que tu valais, et ce que tu vaux encore aujourd'hui ! Car derrière le pilote il y a un homme, avec ses attitudes, son franc-parler, etc.

Oui, je suis terriblement nostalgique de ces deux années qui me semblent loin ; 1996 et 1997, j'aurais aimé les revivre. Restent les souvenirs, et même si ces luttes acharnées me manquent je regarde toujours avec attention ce sport qui t'a fait Roi... L'essence même de la course automobile.

La discipline évolue, les Hommes changent, la passion reste.

Posté par riton72 à 17:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

  • Un champion !!!

    Quel grand champion !!!

    Tout comme son père, il a été l'idole du Québec et il a su se faire un prénom dans le monde des sports mécaniques ...

    Je ne dirais qu'un mot : RESPECT. Dommage qu'il ne soit plus dans le monde de la F1 car je suis sur qu'il aurait encore son mot a dire.

    Posté par Jeje, 02 novembre 2007 à 23:57

Poster un commentaire