Un pion sur la planète

Ou extraits d'une vie singulière

26 mai 2009

Scandale Eux

L’opération maintien a échoué. Temporairement, espérons-le, pour qu’elle ne soit que retardée et non annulée. L’opération « Esprit de corps », quant à elle, est d’ores et déjà un véritable fiasco. Retour sur une dernière soirée à Bollée vraiment pas comme les autres, à tous points de vue.

Auparavant il y eût trois jours de congés très appréciables : soleil, détente, paresse… En agrémentant le tout d’un fil rouge monégasque toujours passionnant et d’un don de pain dur aux célèbres canards du Parc des Carmes ! Samedi soir direction Bollée donc, sous un ciel presque radieux et avec la ferme intention de conclure de manière heureuse une saison délicate. Les minutes se sont égrainées, emmenant lentement avec elles les certitudes qu’il restait…

61833_IMG_18868_HR

Manqué ! Si côté tribune nous avons passé quatre-vingt-dix minutes fort sympathiques, le terrain a été le lot de bien des misères. Il s’en sera fallu de très peu de voir le MUC tomber à la renverse au pied du précipice grenoblois. Mais sportivement tout reste réuni pour assurer le maintien et les joueurs conservent leur destin au bout de leurs chaussures. Moindre mal.

Ah nos joueurs, parlons-en ! Quelle démonstration d’irrespect. Jamais la fête n’aura été autant gâchée pour un dernier match à domicile. Un pétard mouillé ? Quand on sait que le club avait financé et préparé un feu d’artifice qui ne sera finalement jamais tiré… Une belle mascarade à l’image des dérives du foot-business. Cette fin de rencontre aura été le reflet d’une saison étrange. L’équipe s’est murée dans son monde de strass et paillettes, oubliant à nouveau l’essentiel : les supporters. Renvoyés sur la pelouse pour saluer piteusement le maigre public resté dans les travées, ils n’auront récolté qu’une bordée de sifflets légitime. Que peut-il bien se cacher derrière les nuages noirs de ce triste soir ? Le sentiment qu’un ressort a cédé résonne…

Rage, dégoût et écœurement ; c’est en ces termes que nous avons quitté Notre stade. Sans pour autant laisser place aux grises mines ! Via le traditionnel point de chute, rires, débats et autres vannes se sont échangés jusque tard sur la terrasse. Faisant fi du snobisme et des futilités, il y avait comme un parfum retrouvé. Tout simplement parce qu’il n’avait jamais été égaré.

Samedi prochain trois d’entre nous seront loin de la tragédie ou du soulagement qui se tramera au Moustoir. Nous n’y serons que mieux, l’espace d’un soir. Une partie des pensées ira évidemment au MUC 72, du fond du cœur. Si la majorité de ses joueurs ne mériterait que la descente, le club lui n’a qu’une place : l’élite !

Posté par riton72 à 14:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Comme tu le soulignes, le match de Bollée fut àla limite du convenable et l'attitude des joueurs, malgré le mauvais match, totalement irrespectueuse.

    Les 3/4 d'entre eux mériterait la punition suprême mais pas le club tel est le dilemme du moment ...

    Vivement Dimanche prochain et le maintien acquis pour ainsi repartir vers la nouvelle saison avec plein de projets et d'espérance ...

    Posté par Jeje, 26 mai 2009 à 23:15

Poster un commentaire