Un pion sur la planète

Ou extraits d'une vie singulière

04 décembre 2009

Feu MUC 72

Mai 2003, Le Mans-Clermont. Mon premier match à Bollée. Celdran, Cousin, Peyrelade, Fanchone… Jusqu’alors, ma passion footballistique en-dehors de la petite lucarne s’était limitée à ce bon stade Montréal, ses frites, ses sandwichs et ses ambiances de coupe. Le MUC 72 s’est ancré dans mon quotidien petit à petit, les résultats aidant, mon autonomie aussi. Alors bien sûr, le MUC de 1985 et des années ’90 m’est un peu étranger. Je ne le connais qu’au travers d’archives.

Peu importe si je suis
Fléchois, je suis aussi Sarthois. Je me suis pris au jeu, et suivre l’ascension des Sang & Or marque ma vie. Au fil des ans, j’ai connu bien du bonheur, des rencontres ; passé du bon temps, posé mes pieds dans une flopée de stades. Si je pouvais changer les choses et bien… Je ne changerai rien de tout ça !

Aujourd’hui je reste encore et toujours un fidèle supporter de ce club. Je le suis autant que je peux. Parce qu’il est ma passion, parce que se rendre au stade pour voir un bon match me garantit de bons moments. Parce que je crois en l’avenir prospère et vers les sommets aussi. Si j’estime avoir passé l’âge de certaines choses - les éléments de la vie ayant fait leur job - il me parait encore loin le temps où je déciderai que ma place est derrière la télévision.

page

Cette semaine, le MUC 72 a publié en grande pompe un communiqué dans la presse locale. Objectif ? Annoncer le changement de nom et de logo du club pour la saison prochaine. Un pari culoté et risqué, il va sans dire. Les réactions nous le prouvent. En agissant ainsi, la direction du club prend en effet le risque de se mettre à dos la majorité des supporters. La grogne peut me sembler légitime, et les arguments compréhensibles et acceptables. Cependant, à titre personnel, j’ai pris le temps de réfléchir avant de prendre position…

Il y a derrière tout ça l’image du « foot business ». On sait que l’argent dans le football professionnel est le nerf de la guerre désormais. J’ai toujours pensé que la sphère du foot était représentative d’une société. Si je suis avec attention le MUC 72, je le fais en sachant parfaitement dans quel système il évolue et quel système je cautionne plus ou moins indirectement. Je me rends au stade en connaissance de cause, en ayant à l’esprit que le club est aussi une entreprise, qu’elle est donc gérée comme telle.

A sa tête, Henri Legarda agit en chef d’entreprise. Il a investi temps et surtout argent. Son pouvoir de décision est donc incontestable. Chacune de ses actions est louable ou critiquable, à juste titre ou pas. Mais il est difficile de faire fi des millions d’euros et des projets menés pour doter
Le Mans d’un club digne de ce nom. Aujourd’hui un club de football, c’est de nombreuses composantes : des joueurs, un staff, une direction, des supporters. Nul d’entre eux ne peut revendiquer pleinement sa propriété.

Renommer le MUC 72 ? Peu importe. Ce n’est pas un nom ni un logo qui m’empêchera de continuer à vivre ma passion. Je ne serai pas non plus de ceux qui viendront à cracher dans la soupe ou à demander la démission de qui que ce soit. Ce que j’attends, c’est de la passion, c’est vibrer, c’est assister à de belles soirées. Parfois tout va, parfois non. C’est le cas actuellement. Soit, peut-être est-ce maladroit d’annoncer de tels remaniements alors que la Ligue 2 n’a jamais paru aussi proche depuis quatre ans.

J’ai des Passions, j’ai une Vie. Chacune a sa place. Et si bien des choses peuvent me révolter, ce n’est pas le cas de cette histoire. Après tout je le trouve d’ailleurs plutôt réussi ce nouveau logo. Je peux être très conservateur, j’aime tout autant la symbolique. Que voulez-vous, les crises identitaires sont à la mode…
Allez, Vive le MUC 72, Vive LeMans FC, Vive demain !

Posté par riton72 à 21:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • aucun

    Je prends note de ton avis mais je ne le partage pas.

    C'est une perte d'identité. Notre attachement pour le club est aussi lié au logo, au nom, et tout ce qui va avec. Nous avons aimé le Muc, nous aimons le Muc, nous aimerons le Muc, et non le MFC...
    La perte du "72" dans le nom est également une erreur. Tout çà est purement du business, sans tenir compte de l'aspect moral de la chose.

    Je trouve personnellement que c'est un gros gâchis !

    Posté par Flo, 06 décembre 2009 à 01:15

Poster un commentaire